Washington s’oppose à la candidature de Lamamra comme émissaire de l’ONU en Libye

Partager

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, est en quête d’une nouvelle personnalité pour le rôle d’émissaire des Nations unies pour la Libye, après le refus de Washington d’endosser la candidature de l’ancien ministre des Affaires étrangères Ramtane Lamamra, selon l’AFP.

«Il y a un mois, la nomination de l’ex-ministre algérien des Affaires étrangères (2013-2017) semblait pourtant acquise. Mais pas pour les États-Unis qui ont multiplié les questions alors que tout le monde était d’accord sur ce choix», a indiqué l’AFP citant une source diplomatique.

« Mercredi, à l’occasion d’une réunion à huis clos sur la Libye, une responsable de l’ONU a annoncé au Conseil de sécurité qu’Antonio Guterres avait lancé des recherches pour trouver quelqu’un d’autre », a appris l’Agence d’une autre source.

Selon un troisième diplomate, la position américaine a été prise suite à des pressions exercées par l’Égypte et des Émirats arabes Unis, soutiens du maréchal Khalifa Haftar, qui considèrent que Ramtane Lamamra était trop proche du gouvernement de Tripoli.

Une quatrième source estime qu’ «il (Lamamra) pu être jugé par Washington trop proche de la Russie, accusée de soutenir le maréchal Haftar avec des mercenaires, ce dont Moscou se défend».

L’ancien chef de la diplomatie algérienne a été médiateur dans plusieurs conflits africains sous les auspices de l’ONU et de l’Union Africaine (UA), notamment au Libéria.

Rappelons que l’ancien émissaire de l’ONU en Libye, Ghassan Salamé a démissionné le 2 mars pour des « raisons de santé » alors que le processus politique dans ce pays voisin de l’Algérie, en proie à la guerre civile, est plus que jamais dans l’impasse.

Echoroukonline

(Below Article) - thumbnails-a
No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Free WordPress Themes, Free Android Games