Soufiane Djilali : «le président de la république a tenu la promesse qu’il m’a faite et il va libérer d’autres prisonniers»

Partager

Le président du parti Jil Jadid, Soufiane Djilali ne boude pas son plaisir de faire savoir à l’opinion publique que la libération de quelques détenus politiques confirmait la «promesse» du président Tebboune.

« Premièrement que Dieu soit loué que beaucoup de détenus d’opinion ont été libérés et je peux vous dire que d’autres le seront prochainement. C’est désormais évident que le président de la république a honoré la promesse qu’il m’a faite !», déclare, euphorique, Soufiane Djilali, dans un entretien accordé au site sabqpress.net.

L’occasion pour le patron de Jil Jadid de réitérer l’attachement de son parti au Hirak populaire tout en pointant du doigt «certains hommes politiques qui versent dans l’extrémisme et qui parlent en son nom».

«Notre démarche donne un second souffle au Hirak parce que l’extrémisme qui est devenu un phénomène chez certains politiques qui veulent parler au nom du Hirak, mènera vers l’impasse», déclare Soufiane Djilali pour qui l’ouverture d’une «troisième voie basée sur le dialogue et la concertation», est à même de concrétiser les revendications du Hirak ;

Précisément, M. Soufiane Djilali écorche expressément les animateurs du Pacte pour l’Alternative Démocratique (PAD), qui prônent la rupture avec le système, estimant que leur démarche est «porteuse de dangers».

Interrogé si ce slogan (rupture NDLR) peut constituer un danger potentiel, le chef de Jil Jadid répond ceci : «Oui et ceci peut être consciemment ou inconsciemment. Le problème est que le système qui a détruit le pays durant 20 ans est tombé grâce au Hirak populaire mais l’Etat est resté debout. Nous devons construire un nouveau système articulé sur la démocratie et l’Etat de droit et certains ne font pas la différence entre le système et l’Etat ! »

Pour Soufiane Djilali, «vouloir tout faire tomber ouvrira les portes aux interventions étrangères.

Et d’ajouter : «Eux (le PAD NDLR) croient qu’ils travaillent pour sauver l’Algérie alors qu’ils ciblent les fondements de l’Etat et si celui-ci tombe, ce sont les pays étrangers qui vont gagner».

Par Hakim Megati / Algerie1

(Below Article) - thumbnails-a
No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Free WordPress Themes, Free Android Games