Recrudescence alarmante de l’émigration clandestine La harga reprend de plus belle

Partager

Avec l’avènement de la belle saison et le calme de la mer, les filières harraga, appâtées par l’argent facile se réactivent sur les côtes est et ouest de l’Algérie.

Le phénomène de l’émigration clandestine, après quelques mois d’accalmie due au coronavirus, reprend de plus belle. Bien que la pandémie soit toujours d’actualité, les candidats à l’émigration clandestine ont quand même décidé de reprendre la traversée illégale vers les côtes européennes, faisant fi des risques de contamination encourus.

En effet, en dépit de la crise de Covid-19, et profitant de la saison estivale, durant laquelle, généralement, la mer est calme et huileuse, les candidats à l’émigration clandestine ont renoué avec leur tentative de rejoindre coûte que coûte les côtes européennes.

Ces derniers jours, à Oran comme à Mostaganem, des jeunes et moins jeunes n’ont d’yeux que pour l’émigration clandestine, et font gorge chaude sur les différents moyens par lesquels ils peuvent arriver à bon port.

Selon nos informations, plus de quatorze embarcations de fortune ont quitté, entre vendredi et samedi derniers, le territoire national à partir des différentes plages de Mostaganem pour se diriger vers les côtes ibériques.

Si certains ont réussi à passer entre les mailles du filet, pour d’autres, la joie d’être enfin arrivés en Espagne a été de courte durée, car, selon leurs proches contactés par téléphone, à peine arrivés, ces migrants clandestins n’ont pas tardé à être arrêtés par la Gardia civile, à différents endroits, que ce soit Murcia, Valence, Cartagena, Aguilas, Alicante etc.

La même source affirme que ces jeunes harraga ont été transférés vers des centres de rétention réservés à l’immigration clandestine, où la Croix-Rouge les a pris en charge. Il faut dire que cette situation a alerté les autorités espagnoles et les a poussées à prendre des mesures drastiques pour contrecarrer ce phénomène, nous affirme-t-on, et cela a fortiori en cette période de pandémie mondiale, où la circulation des citoyens entre les pays est réduite à son strict minimum.

De son côté, la presse locale espagnole a également rapporté cette arrivée massive de migrants algériens sur le sol ibérique. «Près d’une trentaine d’immigrants se trouvent dans le port de Carthagène, gardés par 11 policiers. Ces 29 personnes ont été interceptées alors qu’elles étaient à bord d’un bateau. En outre, on s’attend à ce que dans les prochaines heures, 29 autres migrants, qui ont été localisés, soient transférés vers le port», a précisé le journal La Opinion de Murcia dans son édition du 24 juillet.

Ce même journal a également affirmé que la Gardia civile a intercepté «un canot pneumatique à l’aube du même jour avec 13 migrants (12 hommes et 1 femme) à bord, d’âge légal et apparemment de nationalité algérienne». A Cabo de Palos, toujours selon La Opinion de Murcia, «un bateau a été intercepté avec 16 immigrés clandestins à bord, tous des hommes, majeurs et apparemment aussi des Algériens».

Un autre journal espagnol rapporte quant à lui que ce sont 76 immigrants qui sont arrivés dans 6 bateaux sur la côte d’Alicante en seulement 12 heures : «L’un des bateaux, dans lequel voyageaient 16 personnes de nationalité algérienne, dont deux mineurs, a été intercepté ce matin au large de Santa Pola.» Il précise en outre qu’en raison du «risque de contamination à la Covid-19, tous ces migrants algériens devront être soumis à des tests PCR par les autorités sanitaires».

D’ailleurs, ce même journal signale que les migrants qui ont été emmenés au port de Carthagène, après avoir effectué des tests PCR, il s’est avéré que 7 d’entre eux ont été testés positifs au coronavirus. Au total, recoupe la presse espagnole, ce sont plus de 400 immigrants, qui sont arrivés sur les côtes de la région de Murcie à bord de 31 bateaux. L’émigration clandestine est un fléau qui touche l’Algérie depuis le début des années 2000.

Après une accalmie au début des années 2010, le phénomène a repris en 2017 avant d’atteindre son apogée tout au long de l’année 2018. En 2019, avec l’avènement du hirak citoyen et les espoirs qu’il a suscités chez la jeunesse algérienne, le phénomène de la harga avait complètement disparu durant plusieurs semaines avant de reprendre de plus belle.

Les côtes de Boumerdès très prisées par les candidats au départ

Le phénomène de l’immigration clandestine a repris de plus belle ces derniers jours à partir des côtes de la wilaya de Boumerdès. Avant-hier, une soixantaine de jeunes sont partis d’une plage de Corso à bord de quatre embarcations de fortune en direction du vieux continent.

Plusieurs vidéos montrant ces jeunes désespérés ont été postées sur les réseaux sociaux. «Puisque vous ne voulez pas partir nous laisser construire notre avenir, c’est nous qui sommes partis à votre place», lance l’un d’eux. Après près de vingt heures en haute mer, ces harraga auraient rallié les côtes ibériques sains et saufs dans la matinée d’hier, selon des témoignages postés sur Facebook.

La semaine passée, plusieurs groupes de harraga ont pris le large à partir de Dellys et de Cap Djinet. Après une période d’accalmie au début de la pandémie du coronavirus, le fléau a connu un rebond depuis le début de la saison estivale, une période où la traversée devient moins périlleuse. Malgré le durcissement des mesures de contrôle et les drames survenus en haute mer, les côtes de la wilaya de Boumerdès sont très prisées par les jeunes désirant fuir le pays. En septembre 2019, treize jeunes ont péri au large de Cap Djinet peu après l’entame de leur voyage vers les côtes ibériques.

La criminalisation de la harga n’a pas non plus réduit de l’ampleur de ce phénomène de société qui se nourrit des injustices et du sous-développement. Pour les militants des droits de l’homme, la lutte contre ce fléau passe d’abord par l’amélioration des systèmes de gouvernance des pays de départ et l’arrestation des passeurs ou les «marchands de la mort» comme les appellent certains. R. Kebbabi

R. O. ET L. H. / Elwatan

(Below Article) - thumbnails-a
No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Free WordPress Themes, Free Android Games