L’ambassadeur d’Algérie: Nous attendons une reconnaissance de la France de la torture et de l’assassinat de Larbi Ben M’hidi

L’ambassadeur d’Algérie en France Mohamed Antar Daoud a dit attendre une reconnaissance de l’Etat français de la torture et de l’assassinat de Larbi Ben M’hidi.

«Même si Aussaresses a reconnu l’avoir (Larbi Ben M’hidi) exécuté mais nous attendons une reconnaissance de l’Etat français», a indiqué le diplomate algérien dans un entretien accordé mardi a la Télévision algérienne.

Au sujet de la mémoire, Mohamed Antar Daoud a affirmé que «c’est grâce au président Tebboune et au président Macron qu’on est arrivé a cette avancée».

«Nous essayons, souligne-t-il, de travailler comme d’un côté comme de l’autre pour essayer de faire avancer les choses».

«Nous avons énormément de difficultés a prendre possession des archives promises par le président Macron», a martelé l’ambassadeur algérien, avouant qu’ «il y a une certaine résistance».

Selon lui, «On ne peut pas avancer dans la rédaction d’un rapport si nous ne sommes pas en possession de toutes les archives, y compris des archives de souveraineté».

«A partir du moment où on décide de tourner une page, il faut qu’il le soit pour de bon. Il faut que l’on travaille de concert pour que ce travail de mémoire soit accompli d’un côté comme de l’autre avec toute l’honnêteté possible, avec reconnaissance des faits», a-t-il insisté.

Pour ce qui est relations entre Alger et Paris, il a souligné qu’«il y a des lobbies qui travaillent contre une entente cordiale entre l’Algérie et la France», ajoutant que «leur but consiste a contrecarrer tout effort de développement entre nos deux pays».

«L’Algérie reste un pays incontournable aussi au Maghreb qu’en Afrique. Elle a un poids politique», a affirmé Mohamed Antar Daoud.

«L’Algérie a des principes en politique étrangère: le droit a l’autodétermination des peuples sans interférence dans les affaires intérieures des autres Etats et le respect des frontières héritées au lendemain de l’indépendance», a-t-il rappelé, soutenant que «de par ses principes, l’Algérie dérange et dérange énormément».

«L’Algérie n’a jamais varié sa position, elle est restée fidèle a ses principes qui sont contenus dans la Déclaration du 1er Novembre 1954», a conclu l’ambassadeur d’Algérie en France.

Echoroukonline

(Below Article) - thumbnails-a
No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Free WordPress Themes, Free Android Games