Algérie-Allemagne : signature de contrats d’exécution de deux projets relatifs à l’environnement

Le ministère de l’Environnement et l’Agence de coopération allemande « GIZ » ont procédé, lundi à Alger, à la signature de de contrats d’exécution de deux projets de coopération dans les domaines de la protection de l’environnement, la biodiversité et l’amélioration de la législation fiscale environnementale.

La cérémonie de signature s’est déroulée au siège du ministère de l’Environnement sous la supervision de la ministre de l’Environnement, Dalila Boudjemaa et de l’ambassadrice d’Allemagne, Elisabeth Wolbers.

Mme. Boudjemaa a mis l’accent, à cette occasion, sur « l’extrême importance » de ces deux projets pour l’Algérie qui concrétisent le partenariat et la coopération entre son département et la GIZ dans le domaine de l’Environnement.

Le coût du projet de protection de l’environnement et de la biodiversité le long du littoral algérien s’élève à 6,2 millions d’euros, alors que le projet d’amélioration de la législation fiscale environnementale coute 4 millions d’euros, a-t-elle précisé.

Pour ce qui est du projet de protection de l’environnement et de la biodiversité, Mme. Boudjemaa a souligné qu’il sera « un outil pour la révision de la stratégie nationale de gestion intégrée des régions côtières en coordination avec l’ensemble des secteurs concernant les activités durables, l’utilisation rationnelle des ressources naturelles et l’aménagement territoriale étudié ».

Il sera question, d’après la ministre, de mettre en place un plan de travail de concert avec tous les secteurs dans le cadre du système d’information géographique (SIG) qui reliera les 14 wilayas côtières du pays, ajoutant que « le SIG permettra l’obtention d’informations en temps réel à même de renforcer le système de gestion intégré des régions côtières ».

Ce projet vise également à développer et valoriser les ressources biologiques terrestres et maritimes, a indiqué la ministre, soulignant que cet axe « intervient conformément aux orientations du président de la République qui a appelé à prêter assistance aux zones d’ombre ».

Concernant le deuxième projet relatif à l’amélioration de la législation dans le domaine de la fiscalité environnementale, Mme Boudjemaa a indiqué qu’il est prévu l’application du principe du « pollueur-payeur », précisant que des impôts seront imposés aux sociétés polluantes.

A travers ce projet, il est prévu la révision de toutes les bases du système fiscal environnemental pour la mise en place de lois et de décrets cohérents et applicables par des organismes responsables, a-t-elle fait savoir.

Le projet permettra de simplifier le système de calcul de l’assiette fiscale, former les inspecteurs à son utilisation et mettre en place un système pour la numérisation des données fiscales entre la direction générale des impôts et le ministère de l’environnement.

Pour sa part, l’ambassadrice d’Allemagne à Alger a salué le partenariat algéro-allemand dans le domaine environnemental et l’a qualifiant de « fructueux », soulignant que « le gouvernement allemand est prêt à poursuivre la coopération avec la partie algérienne dans divers domaines ».

De son côté, la résidente permanente de l’Agence allemande de coopération internationale, Ella Schieber a indiqué que la signature des deux contrats permettra d’appuyer et d’activer ces deux projets, rattraper le retard de réalisation et définir le rôle des deux parties dans ce domaine.

APS

(Below Article) - thumbnails-a
No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Free WordPress Themes, Free Android Games